Les 4/5/6 juillet 2019, s'est tenu un seminaire interne sur les transidentites.

                     

 

TRANSITION EXPRESSION ARTS REPRÉSENTATION CORPS 

 

Le séminaire interne TRANS a réuni entre 15 et 20 personnes chaque journée des 4, 5 et 6 juillet.  Les manifestations publiques ont réunies une trentaine de personnes.

L’association Itinérience & Co  dans son Espace L’Hommeau, cordonné par Michelle Hardoin, a assuré l’accueil des participants qui ont déjeuné le plus souvent sur place. Le séminaire a réuni des étudiants, des chercheurs, des praticiens, des personnes faisant parie de mouvement LGBT et plus particulièrement d’associations Trans.

  L’objectif qui visait à permettre un partage d’expériences et de savoirs a été largement atteint, le tout dans une ambiance conviviale.  Les temps d’implication assurés par des membres d’Itinérience & Co, Claire Vitet, Dorothée Devillers et Emmanuel Gratton ont favorisé l’interconnaissance, et le dépassement des représentations habituelles « cis » et « trans »genres.  Les apports de Marie-Anne Lieb sur le cinéma, de Joe Dooley, de Pauline Boivineau sur la danse, de Chloé Maillet sur le Moyen-Age et de Sylvain Villaret sur le sport ont permis de mettre au travail les enjeux sociaux, politiques, artistiques de la question transidentitiare.  Nos invitées, Maud-Yeuse Thomas, Karine Espineira, et Pauline Clochec ont permis de discuter de la question sous un angle anthropologique, sociologique, philosophique et épistomologique. L’association transinteraction a pu également exprimé et expliqué ses revendications. 

Le séminaire interne est un succès dans ce qu’il permet de mettre en perspective, aussi bien dans son déroulement, alternance de temps d’implication et de recherche, que dans son contenu,  approche transdisciplinaire une analyse socio-clinique de la question.  Le regret porte davantage sur le peu de participants extérieurs lors de la pièce de théâtre jouée par Jules Radin à l’ESAD et  de la table ronde animée par Stéphane Corbin  à l’Institut municipal.

Le sujet semble encore, si ce n’est dans l’ombre, au moins difficile d’accès pour le grand public. Le documentaire réalisé par L’association Clap et Court, piloté par Yves Hardoin, devrait permettre de garder trace de cette expérience dans une visée pédagogique, pour mettre en lumière aussi bien le montage d’un projet de recherche que le traitement d’une question sociale d’actualité encore peu visible pour le plus grand nombre.   

 

 

 

.

 

 

 

 

 
 
 

ATELIER DANSE THERAPIE
c'est à l'Espace l'HOMMEAU, cela peut vous interesser....

 
 

Les ateliers de danse-thérapie vous aide à vous exprimer autrement, à vous connecter à vos sensations, à vous réapproprier votre corps, faire vivre votre créativité, à renforcer la confiance en soi, vous laisser guider par le mouvement, le rythme, les autres, ... En atelier individuel, vous pouvez prendre directement rendez-vous.

Pour les ateliers collectifs, voici les informations.

Atelier collectif ADULTES A l’Espace Hommeau , 30 rue de l’hommeau à Angers 2 ateliers d’1H15 par mois – 20 ateliers à l’année.Du 11 septembre au 15 Juin 2020.Nombre de places limitées à 5 personnes.Tarifs : 20 euros / atelier  - 400 euros à l’année. Payable en plusieurs fois.Inscription et Engagement à l’année.*Les Mercredis (semaine impaire) de 14H à 15H15*Les Jeudis ( semaine paire) de 18H15-19H30

Atelier collectif ENFANTS ( 6 – 13 ans)A l’Espace Hommeau , 30 rue de l’hommeau à Angers 2 ateliers d’1H00 par mois – 20 ateliers à l’année.Du 11 septembre au 15 Juin 2020.Nombre de places limitées à 5 personnes.Tarifs : 15 euros / atelier  - 300 euros à l’année. Payable en plusieurs fois.Inscription et Engagement à l’année.*Les Mercredis (semaine impaire) de 15H30 à 16H30 

Pauline VIGNIER - art-thérapeute

 
 
 

 LA SOIRÉE RECHERCHE - ACTION "DU SOCIAL À L’INTIME : LE CORPS EN MOUVEMENT "

C'était le vendredi 14 juin, cette soirée a réuni une quinzaine de participants.

 

En partant de trois mouvements collectifs déployés dans le corps social et politique, le cadre de pensée de l'atelier d’exploration et de recherche "Mon corps, c'est toute une histoire" a été présenté par les trois intervenantes, Dorothée Devillers - Patricia Lorcy - Claire Vitet : une alternance de leur rapport personnel au sujet et des nourritures puisées à la fois dans l'actualié sociale et politique et dans les différentes approches théoriques de chercheurs de discipline plurielle.

 

UN ATELIER "MON CORPS, C'EST TOUTE UNE HISTOIRE" SE TIENDRA

LES 16 et 17 NOVEMBRE 2019

 

 

- INFORMATIONS A VENIR -

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 

Prochains ATELIERS HISTOIRES DE VIE

 

HISTOIRES DE PARENTS ET PARCOURS DE VIE 

LA COPARENTALITE A l'EPREUVE DES PARCOURS DE VIE 

MON CORPS, C'EST TOUTE UNE HISTOIRE !

 

OUVERTURE D'UN ATELIER A COMPTER DE 6 INSCRIPTIONS

 
 
 

Itinérience partenaire de La Grange aux arts pour parler du corps

 

« -T'en es où toi dans ta vie de couple ? - Ça va plus ou moins bien, c'est compliqué... »

Itinérience and Co et La Grange aux Arts, compagnie de théâtre, ont conduit un moment d’intervention à travers un atelier d'expression corporelle et de création collective le mercredi 21 novembre intitulé «  En corps en mots ». Cet atelier a été réalisé dans le cadre de la semaine des luttes contre les violences faites aux femmes et des rendez-vous de l'égalité du Centre Jean-Vilar.

Itinérience and Co est également intervenu lors d'un débat  qui a eu lieu à l’issue de la représentation du samedi 24 novembre.

itinérience and Co et La Grange aux Arts se sont réunis pour proposer une soirée : "Histoires de vie et résilience, quels liens ?", le vendredi 15 mars 2019. Cette soirée a alterné une réflexion autour du concept de résilience, des respirations théâtrales et une sensibilisation à la démarche Histoires de Vie.

Elle a réuni 25 participants.

Manuela Braud, psychologue - Eva Lebas et Alice David, comédiennes.

 
 

Conférence-débat : les enjeux de la coparentalité

animée par Emmanuel Gratton, membre de l’association, psychologue et sociologue clinicien le VENDREDI 21 SEPTEMBRE
Voici le Résumé de la conférence :

Le terme de coparentalité est apparu suite à l’apparition de nouvelles  familles, d ’abord les familles dites « monoparentales », puis les familles recomposées qui ont soulevé progressivement la question de la place des tiers (beau-père, belle-mère), puis les familles homoparentales dont certaines dites « coparentales » se construisent à partir du projet entre un homme gay (avec un éventuel compagnon) et une femme lesbienne (avec une éventuelle compagne). 

Cette  lectures socio-historique permet de comprendre que la coparentalité  désigne à la fois une manière d’être parents ensemble (bien que séparés ou ensemble mais sans être reconnus juridiquement comme parents) et une forme de composition familiale qui implique au moins deux personnes. La coparentalité est aussi le rétablissement d’une position de deux parents face à la déclaration d’une monoparentalité qui prétendrait n’en concerner qu’un seul.

Parler de coparentalité nécessite finalement   de penser la CO- parentalité selon les trois axes définis par D. Houzel, l’exercice (les parents reconnus par le droit avec l’autorité parentale), l’expérience (les processus psychiques dans le devenir parent, père ou mère), la pratique (principalement l’éducation, le soin, l’affection…). En quoi la dimension CO intervient-elle sur chacun de ces axes ? Comment ces axes s’articulent-ils en prenant en compte non seulement les interférences entre l’exercice, l’expérience et la pratique pour chacun.e mais aussi les différents acteurs CO  qui participent directement ou indirectement  à chacun d’eux. Par exemple si deux parents sont seulement reconnus pour l’exercice de la parentalité, qu’en est-il de l’expérience d’un beau-parent et de l’incidence de sa présence sur l’expérience du parent qui exerce cette autorité ? Qu’en est-il de la fonction éducative partagée entre ces différents acteurs avec celles des autres "éducateurs" comme les assistant.e.s maternel.le.s, les grands-parents, les auxiliaires de puériculture,  les enseignants, les animateurs de loisirs…

Enfin, le dernier point concerne les liens entre l’histoire de vie et la coparentalité. Chacun.e. d’entre nous  est l’héritier de modèles coparentaux et les mets en œuvre parfois à son insu. Chacun.e a connu  au cours de son existence une évolution de sa coparentalité du fait même de la naissance d’enfant.s, de leur développement, de l’évolution des relations conjugo-parentales en rapport aussi avec l’évolution des investissements professionnels …. Chacun.e a pu connaître aussi différents partenaires avec qui les interactions coparentales se sont ajustées différemment… Bref, la coparentalité n’est pas un processus figé et son analyse permet de mieux en percevoir les enjeux du présent et de choisir plus lucidement  l'avenir.  Itinérience & Co  propose à travers son atelier de 2,5 jours une véritable réflexion personnelle sur les enjeux de la coparentalité par un travail d’implication centré sur le parcours de vie. Pour les parents et professionnels qui souhaitent  aborder la question sous l’angle de la parentalité (et non de la coparentalité), un autre atelier existe.

Pour travailler sur d’autres transitions, il y a et il t-y aura d’autres ateliers. Il ne s’agit ni d’un groupe de parole, ni d’un atelier thérapeutique mais d’un atelier d’implication dans lequel les participants s’apportent mutuellement  par leur itinéraire et leur expérience dans un cadre sécurisé et co-animé par des professionnels formés à l’accompagnement biographique et à l’animation des groupes.    

 

La thèse de manuela braud

Face à l'adversité et sans amour maternel, comment s'en sortir pour s'autoriser un avenir meilleur ?

Créé en France à l'initiative de la Conférence des présidents d'université (CPU) et du CNRS, le concours Ma thèse en 180 secondes permet aux doctorants de présenter leur sujet de recherche, en français et en termes simples, au grand public. Chaque étudiant(e) doit réaliser, en trois minutes, un exposé clair, concis et néanmoins convaincant sur son projet de recherche. Le tout avec l'appui d'une seule diapositive.

 

ITINERIENCE-and-co a OUVert SES PORTES

 
C'était le SAMEDI 26 MAI au 30 rue de l'Hommeau à ANGERS (quartier de la Doutre)

 

Nous vous remercions d'être venus nombreux lors de la journée portes ouvertes de l'espace l'Hommeau.

L'espace l'Hommeau c'est le lieu du  siège social de l'association, Itinérience-and-co ; c'est aussi un  espace de travail co-partagé. Un lieu fondé sur LA RENCONTRE de professionnels du soin et de l'accompagnement.

http://espacehommeau.wixsite.com/hommeau

Lors de cette journée conviviale, vous avez pu échanger avec les professionnels de l'espace d'Itinérience-and-co et les co-partageurs :

Thérèse Dewitte et Pauline Vignier, art-thérapeutes.

Damien Leroy, éducateur, qui propose des consultations à l'attention des parents et des enfants.

Isabelle Ferron, psychologue, qui propose des consultations et un Atelier des Pourquoi à l'attention des enfants et des adolescents.

 

 

Quelques souvenirs des portes ouvertes...

publications

 
Penser l’accompagnement biographique

Penser l’accompagnement biographique

GRATTON E., LAINE A., TREKKER A. , Louvain-la-Neuve, Academia-L’harmattan, 2016

 
Nouvelles figures de la filiation, perspectives croisées entre sociologie et psychanalyse

Nouvelles figures de la filiation, perspectives croisées entre sociologie et psychanalyse

VEUILLET-COMBIER C., GRATTON E. (SOUS LA DIR.), PUR, 2017 

 
L'héritage insoupçonné

L'héritage insoupçonné

Caroline Tapernoux, Annemarie Trekker, Annie Bergot, Nelly Laurent
L’harmattan, 2017

© itinerience-and-co.fr - Tous droits réservés

Créé et référencé par Viaduc